Bonjour chers amis,

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une question qui revient souvent quand je coache une personne pour la première fois. Quand celle-ci se présente devant moi pour une séance, que ce soit par Skype, téléphone ou face à moi, je lui demande à chaque fois : “Que veux-tu et pourquoi fais-tu appel à moi ?”. Les réponses sont variées : “Je ne sais pas, par curiosité” ou “Un ami m’a parlé de vous et cela m’a interpellé…”. Mais le plus souvent, c’est cette réponse qui récurrente : “Ça ne va plus, je ne sais plus quoi faire, et par où commencer”.

Je sais de quoi parle cette personne car il y a encore quelques années, j’étais à sa place. Démuni, seul, ne sachant pas quoi faire de ma vie, je vivais en pilotage automatique, à la merci des aléas et de mes états d’âme. Quand je me réveillais heureux, je souriais, et quand souvent j’étais triste, je subissais mon chagrin, voir ma dépression, sans savoir pourquoi j’étais dans cet état.
Nietzche disait que celui qui avait un toit et de quoi manger faisait partie des privilégiés. Je me soulageais avec cette phrase en me disant qu’il y avait toujours plus malheureux que moi. J’enchaînais les boulots alimentaires et me contentais d’un toit.

Finalement, ma situation n’a changé que le jour où j’ai accepté de voir la vérité en face et d’écouter ce que je ressentais : je n’étais pas heureux et ce n’était pas normal. Il fallait que ça change.

1- Pratiquer l’écoute de soi

La première étape est donc d’être à l’écoute de soi. Ce que vous ressentez, vos phobies, vos angoisses, votre stress mais aussi vos maux physiques sont les vecteurs qu’utilise votre moi profond pour vous envoyer des informations : quelque chose ne va pas et nécessite d’être réglé. C’est à cette condition que vous pourrez accéder à une vie sereine. Quand un élève m’appelle pour un coaching, il a déjà franchi cette première étape.
N’ignorez pas ces signaux qui viennent vous avertir que vous ne répondez pas aux besoins fondamentaux qui régissent votre équilibre : intellectuel, physique, émotionnel et spirituel. Si l’un d’eux n’est pas comblé, un désordre s’installe et perturbe notre bien-être. Nous en reparlerons dans un prochain article.

2- Apprendre à se connaître

La seconde étape consiste à apprendre à se connaitre. Vraiment. Je parle ici de notre moi profond et non du personnage que nous façonnons pour affronter la vie publique. Comme le dit si bien Sophocle : “Connais-toi toi-même et tu connaitras l’univers et les dieux”. Il existe plusieurs outils pour y parvenir, j’en expose certains dans mon livre. Je ne peux que vous conseiller de vous faire accompagner par des professionnels pour franchir cette étape décisive.
C’est en vous connaissant que vous serez en mesure d’identifier les besoins fondamentaux auxquels vous ne répondez pas, vos aspirations profondes et les croyances et comportements qui vous empêchent d’avancer.

Cette étape m’a permis de comprendre que mes difficultés étaient liées au fait que j’étais convaincu que mon problème venait de l’extérieur. J’étais persuadé que tout s’organisait autour de moi pour empêcher mon évolution, que les cartes étaient mal distribuées dès le départ et que le jeu était perdu d’avance. Bref, rien n’était ma faute, je subissais le destin.

3- Se poser les bonnes questions

La troisième étape est de se poser les bonnes questions.

Qu’est-ce que je veux ?
Qu’est-ce je veux personnellement ?
Qu’est-ce que je veux émotionnellement ?
Qu’est-ce je veux spirituellement ?

Si le travail de connaissance de soi a été bien mené, vous trouverez les réponses rapidement. Je vous conseille tout de même de prendre votre temps pour trouver les réponses. Revenez régulièrement à ces questions, soignez les réponses, détaillez-les. Ce sont elles qui vont conditionner la suite de votre action.

4- Passer à l’action

La troisième et dernière étape est de choisir pour chaque réponse une action à entreprendre au quotidien pour atteindre vos objectifs. Vous devez inscrire ces actions dans vos agendas, qu’elles deviennent des habitudes. W.H. Auden dit : “La routine, pour un homme intelligent, est signe d’ambition”. Il ne faut pas se contenter d’écrire vos désirs de changement, il faut les concrétiser en action quotidienne car ce sont vos actions qui détermineront votre réussite sur tous les plans. Ne soyez pas de ceux qui dorment et procrastinent, faites plutôt partie de la minorité qui réfléchit et agit. Agissez et vous ferez la différence.

Vous avez l’information maintenant pour faire la différence. Ne sabotez pas votre vie, nous n’en avons qu’une et avons le devoir de lui donner la meilleure version possible. Malheur à celui qui gâche son talent.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager car j’ai pour mission de transmettre ce qu’on m’a transmis.

A vous que je ne connais pas et qui m’êtes pourtant si proche,
Lahcen